DES "CLÉS" POUR COMPRENDRE LES MÉDIAS ET LES INSTITUTIONS

Un moyen décalé d'expliquer simplement les institutions et le fonctionnement des médias, c'est le pari réussi - mais à l'audience confidentielle - des "Clés de la République" et des "Clés des médias".

De petites figurines animées. Le président de la République en Superman, le Premier ministre en chef d’orchestre. Et la France, telle une tour de fromages. Dans sa série Les Clés de la République, l’agence La Générale de Production fait le pari d’expliquer simplement, de manière ludique et décalée, le fonctionnement de notre démocratie. « A la plume et à l’oral », l’éditorialiste de France Inter, Thomas Legrand accompagne ces images simples d’un « récit incarné et enthousiaste », précise la note d’intention du programme.

Trouver une mise en forme accrocheuse, c’est le premier vecteur d’une pédagogie

Une série de vingt-cinq courts épisodes – trois minutes chacun – représentative du travail de la société de production, fondée il y a une quinzaine d’années, une marotte en tête : « Puisque les écrans sont devenus des médias de masse, il faut expliquer les écrans », résume Alexandre Hallier, producteur associé venu du journalisme. « Mais pour concrétiser cette idée, il fallait parvenir à conjuguer la forme et le fond. Trouver une mise en forme accrocheuse, c’est le premier vecteur d’une pédagogie. »

Pédagogie : l’ambition, pas mince, prend corps dans l’usage fait de la série. Co-produite avec les chaînes parlementaires, elle bénéficie du soutien du réseau Canopé de l’Education nationale et constitue un support original pour l’enseignement moral et civique, au programme depuis la rentrée 2016.
Suite logique du décryptage des pouvoirs à l’œuvre dans le pays, la focalisation sur le quatrième d’entre eux : les médias. Cette fois avec l’appui de Francetv Educ et celui, toujours, de Canopé. Par ailleurs, le réseau Enjeux e-médias est ici de la partie.

Les Clés des médias, ce sont vingt-cinq modules concis, encore, balayant le champ du journalisme et des médias pour expliquer des principes pas toujours évidents pour le grand public – objectivité, loi de proximité ou hiérarchie de l’info – « en partant toujours d’un exemple, d’une narration parfois un peu con mais qui s’adresse au quotidien de chacun », explique Alexandre Hallier. Pour cette série, c’est également un journaliste de France Inter, Bruno Duvic, qui se prête au jeu du commentaire.



L’exercice est périlleux mais réussi. Ni trop institutionnelle, ni simplificatrice, la série s’adresse à un cercle bien au-delà du public scolaire. Néanmoins « en dépit de bonnes critiques, de bons retours, les audiences ne décollent pas », regrette Alexandre Hallier.

Sylvie Fagnart

Vous devez être connecté pour pouvoir commenter